Aller au contenu principal
Sous le voile intégral
Présenté au festival de Cannes dans le cadre du Short Film Corner 2011

Dans la continuité de son travail sur l’identité de la femme, sur sa visibilité ou son effacement dans la société et après la réalisation de deux dessins animés : LES FEMMES VOILÉES SE DÉVOILENT ET DANSENT et NON, l’idée d’une performance en voile intégral s’est imposée à l’artiste Florence Lucas. Elle lui a paru seule capable de répondre à l’interrogation d’une femme occidentale confrontée à la question d’une tenue qui dissimule entièrement le corps et le visage.

Que vit-on sous le voile ? Quelle perception a-t-on de son corps ? Comment bouge-t-on, respire-t-on ? Comment communique-t-on ?
Que voit-on du monde extérieur, ainsi séparée par trois épaisseurs de gaze noire ?
Comment vit-on cette indifférenciation, cette perte d’identité, cette clôture ? peut-on y gagner une forme de liberté ?
Comment assume-t-on le regard de l’autre et ce paradoxe qui, en nous soumettant au maximum d’effacement, nous livre en même temps au maximum de visibilité.
Y a-t-il une forme de voyeurisme à se dissimuler ainsi derrière la fente du niqab ?

MODE  OPERATOIRE
La performance consiste à déambuler, cachée intégralement par le voile, au milieu d’une foule réunie dans un lieu d’art contemporain, le décalage ainsi opéré est important car il amène au questionnement. Afin de faire partager son expérience, l’artiste filmera derriére son voile.


Durée 6'14 2010

le défilé de mode vaches
Salon de l'agriculture 2005

Depuis l'antiquité, de la Grèce à l'Egypte, de la mythologie germanique à celle de l'Inde, la vache associée aux pouvoirs féminins est le symbole de la Mère Universelle, de la Force maternelle et nourricière de la terre.

Le défilé de mode organisé pour le salon de l'Agriculture vise à jeter un regard nouveau sur la vache, à réhabiliter sa mamelle dispensatrice de lait nourricier, à nous ramener à notre animalité et à nous faire réfléchir sur nos habitudes culturelles. Présentant la vache sous un angle singulier, il cherche aussi à nous rappeler que ce qui remplit magasins et réfrigérateurs sous emballages multiples, provient en grande partie de ce pis et donc que celui-ci mérite attention et protection.

Il faut rappeler que jusqu'au début du vingtième siècle, des protège mamelles, confectionnés par les bourreliers, étaient utilisés par les éleveurs. Aujourd'hui encore, on a parfois recours à des suspenseurs pour soutenir les pis.
Intéressés par le projet, deux industriels de la lingerie féminine : Barbara et Chantal, deux stylistes de mode : Daniel Martin et Pierre Letz et un corsetier : Pierre Miault, se sont proposés pour aider à la fabrication des soutiens pis de vaches.

Olivier Gaulon


Vidéo J. Amat

Défilé de mode vaches

Photo


Dossier de presse